Rechercher

Au nom de vos collaborateurs : merci

Mis à jour : juin 15


Souvent, Monsieur le Cardinal, nous vous avons entendu dire : « C’est toujours un plaisir de dire merci ! » Oui, nous avions un évêque à Lyon qui aimait à remercier ! Vous devez être un lointain cousin du lépreux guéri par le Christ, vous savez celui des 10 lépreux qui revient remercier Jésus, quand les neufs autres ont oublié… Alors Monsieur le cardinal, désormais, c’est à nous, c'est notre tour, de VOUS dire Merci.


Merci d’abord d’avoir fait, refait et parfait notre grammaire en enseignant que le verbe créer n’a qu’un seul Sujet, que le verbe adorer n'a qu'un seul Objet, qu’on ne dit pas « par contre » mais « en revanche », qu’on amène quelqu’un et qu’on apporte quelque chose, et qu’« après que » est suivi de l’indicatif !


Merci d’avoir tellement insisté sur la vie intérieure, sur la fortification de l’homme intérieur, sur l’équipement intérieur dont nous avons besoin pour tenir dans les vagues, les vents et les tempêtes… Elles n’ont pas manqué.


Merci pour votre passion pour la Parole de Dieu, feu et moteur de votre action.

Merci pour le triennium, pour l’année du corps, pour l’année de l’âme et pour celle de l’esprit... Merci d'avoir martelé avec force et douceur : suivre Jésus de près, dans une Eglise servante, faite de communautés fraternelles et missionnaires !


Merci de votre confiance, d’avoir souvent écouté et d’avoir demandé plus souvent encore, d'autres avis, merci d'avoir laissé la place pour les désaccords, et d’avoir laissé à penser que même ces désaccords étaient -parfois- intéressants !


Merci d’avoir partagé votre table, celle des jours glorieux et celle des soirs difficiles, où d’une humeur toujours égale, vous accueilliez tant de vos collaborateurs. Vous réconfortiez vos équipes, alors même que c'était vous qui méritiez d'être soutenu !


Merci de nous avoir ouvert l’esprit sur tant d’univers dont nous ignorions parfois jusqu’à l’existence : Madagascar et la tintinopholie, le dialogue inter-religieux et les étoiles, la course à pied et l’écologie… et les invraisemblables et diverses anecdotes qui ponctuent votre quotidien : les vers de Phèdre, l’air de Noël de Daquin, ou l’oraison funèbre de Condé par Bossuet…


MERCI d’avoir conduit ce diocèse, avec un cœur de serviteur et d’avoir incarné cette phrase de façon si exemplaire : « Rendez grâce à Dieu en toutes circonstances » !


Vous avez souvent offert quelques lignes de l'Ecriture en cadeau.

A mon tour, je vous offre ces verset du livre de Ben Sira :


"«Ne t’agite pas à l’heure de l’adversité.

Attache-toi au Seigneur, ne l’abandonne pas,

afin d’être comblé dans tes derniers jours.

Toutes les adversités, accepte-les ;

dans les revers de ta pauvre vie, sois patient ;

car l’or est vérifié par le feu,

et les hommes agréables à Dieu par le creuset de l’humiliation.

Dans les maladies comme dans le dénuement, aie foi en lui.

Mets ta confiance en lui, et il te viendra en aide ;

rends tes chemins droits, et mets en lui ton espérance.

Vous qui craignez le Seigneur, comptez sur sa miséricorde,

ne vous écartez pas du chemin, de peur de tomber. » (2, 2-7).


Pierre Durieux



303 vues

©2020 Merci Cardinal - Site offert par l'agence Kardinal T