Rechercher

Merci d’avoir encouragé !

Père Barbarin, merci.


Vous aviez choisi comme devise épiscopale, la prière de Jésus dans l’évangile de Jean « qu’il soit Un ». Comme Jean, vous avez prié le Père, comme nous avons, nous aussi, prié le Père pour que cette parole du Christ se réalise. Et je sais combien cette réalisation vous était chère.


Et pourtant, comme Jean, comme chacun d’entre nous, comme le Christ lui-même, nous constatons que combien le Diviseur existe dans ce monde de pécheurs que nous sommes.


Merci d’avoir encouragé, tant que vous le pouviez, celles et ceux qui, avec vous, tant bien que mal, ont travaillé à cette unité. Je songe, en particulier, à vos encouragements à lutter pour que tous ceux et celles qui croient que l’unité des croyants, ceux et celles qui croient en Abraham doivent être à l’œuvre pour construire ensemble ce peuple qui porte au monde la certitude d’un Dieu unique et qui marche « comme s’il voyait l’invisible », appelant chacun à aimer tout homme comme un frère.


Père Barbarin, vous ne nous quittez pas. Nous avons ensemble cheminé, sans prétention, avec doute parfois. Nous avons cheminé, nous aurions pu faire mieux. Oui. Qui peut juger ? Nous avons ensemble travaillé. Merci de nous avoir aidés à marcher humblement comme pèlerin de l’horizon selon Christian de Chergé, c’est-à-dire en misant sur l’amour.


Oui, avec vous, nous prions « Père, fais qu’il soit Un ».



Père Max Bobichon

265 vues

©2020 Merci Cardinal - Site offert par l'agence Kardinal T